PHOTO KARENE-ISABELLE JEAN-BAPTISTE, COLLABORATION SPÉCIALE


Témoignage

Donner pour soutenir sa première source d’information quotidienne

Publié le

Omar Yassine, donateur mensuel

Dans le métro, dans le bus, en pause-café ou sous un parasol en vacances, Omar Yassine est souvent penché sur son téléphone cellulaire. La plupart du temps, ce n’est pas pour envoyer des textos à ses amis ni pour regarder des vidéos sur les réseaux sociaux, mais plutôt pour consulter l’application mobile de La Presse. Si bien qu’il a décidé de remettre tous les mois un don à notre média, sa « première source d’information quotidienne ».

« Je me suis dit : “Pourquoi pas ? Ça fait tellement longtemps que je lis La Presse, alors c’est la moindre des choses.” Maintenant, financièrement, je suis capable d’offrir mon soutien. »

– Omar

Quand on met Omar au défi de se décrire en un mot, son visage s’illumine, ses yeux s’agrandissent pendant qu’il réfléchit. « J’aime les gens, alors je dirais : “connexion”, “amitié” ou “relation” », répond-il en souriant à pleines dents.

Quelques minutes avec lui suffisent pour le croire sur parole. Omar est sociable et, malgré la distance qu’impose notre appel vidéo, la conversation devient rapidement sympathique. On l’imagine sans trop de difficulté cumuler les sorties entre amis et les matchs de basketball avec sa ligue de garage. On devine aussi aisément le comptable agréé nouer des liens d’affaires cordiaux avec ses clients.

Employé du cabinet canadien d’Andersen depuis 2017, le Montréalais conseille les sociétés en matière de fiscalité. Sa spécialité ? Les fusions-acquisitions. Omar est aussi attiré par la pédagogie. Durant ses études universitaires, il a mis de côté son parcours en comptabilité pendant une année pour effectuer un stage en enseignement à HEC Montréal, puis il a donné quelques cours avant d’accorder plus d’espace à son travail de consultant.

« Ce que j’aimais le plus, c’est quand mon étudiant sortait de mon bureau et qu’il avait compris. Aider les gens à saisir des matières qui ne sont pas nécessairement faciles, c’est super gratifiant », affirme-t-il. Logique donc qu’il anime, à plusieurs reprises à chaque session universitaire, une séance préparatoire en fiscalité pour les diplômés en voie de passer leur examen de comptable professionnel agréé (CPA).

Fan d’échecs

Vous vous souvenez de la minisérie Le jeu de la dame (The Queen’s Gambit) sortie sur Netflix en mars 2020 ? L’héroïne y développe sa passion pour les échecs grâce au concierge de son orphelinat. Le donateur mensuel Omar a lui aussi découvert ce jeu de société à un jeune âge, et presque de la même manière pourrait-on dire, à condition de troquer le personnage de préposé au nettoyage de la fiction par le surveillant de la cour de son école primaire.

Celui qu’il appelle encore à ce jour « Monsieur Gilles » a initié son frère jumeau et lui-même au tablier noir et blanc. Le duo doit même à cet homme sa participation à quelques compétitions. « Il était gentil, ce gars-là. Il venait nous prendre chez nous. Il nous amenait aux tournois et il nous ramenait », se remémore Yassine.

Depuis fan d’échecs, il est membre d’un club à Ahuntsic, suit les affrontements mondiaux en ligne, consulte des sites spécialisés pour assister à des parties commentées en direct et joue « très, trop souvent ». « C’est un peu nerd, mais c’est comme ça », dit-il en poussant un rire sonore et contagieux.

La Presse

Adolescent, Omar écoutait RDI et LCN avec son frère pour s’informer, alors que son père originaire du Liban et sa mère venue du Maroc étaient branchés sur les chaînes de nouvelles arabes. Cette habitude télévisuelle perdure, bien qu’il conçoive consacrer beaucoup plus de temps à La Presse mobile, dont il apprécie la facilité d’utilisation. A-t-il une section préférée ? « Non, la vérité c’est que j’enfile les actualités l’une après l’autre jusqu’à ce que j’aperçoive l’alerte Vous avez tout vu », résume-t-il en faisant jaillir un autre rire tonnant.

Bonne lecture, Omar !

Lire d’autres témoignages